Jogging pour le cerveau

Aussi la tête a besoin d'entraînement: comment le cerveau reste en forme.

Autosuggestion hilft: «Ich kann es, ich will es, ich tu es!»
Plus d'articles sur le sujet:
Categorie:
auteur:
Natalie Zumbrunn

Jogging, walking – ce sont des choses "de mode"  importantes de notre temps. Elles vous aident à vous maintenir en forme. Mais aussi le cerveau est un organe que vous pouvez entraîner comme tout autre organe du corps. Surtout si vous demandez régulièrement des prestations maximales de votre cerveau, celui-ci mérite un service de première classe.

Dans notre cerveau, tout ce qui est essentiel et dont nous avons besoin pour le quotidien se déroule: la motivation, les émotions, la créativité, l'intelligence, la transformation d'informations, la préparation d'actions et le contrôle d'actions. Beaucoup d'exercice et assez de sommeil sont certainement des mesures adéquates pour conserver la santé du cerveau. Mais il doit aussi avoir la possibilité de «partir en voyage» – changer les idées, pour ainsi dire.

Notre cerveau se sent particulièrement bien dans un entourage inspirant. C'est pourquoi vous devriez chercher des interlocuteurs stimulants. Réfléchissez qui pourrait être un tel interlocuteur.

Offrez-vous aussi un peu de luxe assez souvent. Le cerveau veut quelque chose de spécial de temps en temps. Penchez-vous donc plus souvent sur des affaires dont vous ne vous êtes occupées que rarement jusqu'ici. Jouez par exemple spontanément avec vos enfants ou avec le chien du voisin. Même un musée d'archéologie peut être une expérience incomparable pour votre cerveau.

Vous avez raison en demandant: «D'où prendre le temps pour cela?» Il y a cependant toujours de petites réserves, malgré un budget de temps personnel apparamment épuisé. Souvent, un bon quart d'heure est à trouver sur le chemin du travail, par exemple. Laisez la voiture à la maison ou garez-la à une plus longue distance du lieu de travail qu'avant. Le reste du chemin au bureau, vous le parcourez à pied. Vous verrez, vous gagnerez du temps important pour «les soins du cerveau» et pour des réflexions créatives.

Une autre possibilité de s'occuper de son cerveau sont des monologues positifs pour l'autosuggestion. Si vous vous écoutez de près, vous constaterez que vous aussi, vous monologuez, de manière inconsciente et silencieuse, quand vous réfléchissez, planifiez, prenez des décisions et agissez. Souvent, ce ne sont pas des formulations peaufinées, mais de courts impératifs intérieurs qui passent par votre tête en style télégraphique. Assez souvent, ce sont des réactions de défense. Par exemple: «Je déteste ce travail» ou «Cela ne vaut pas la peine de faire des efforts, je n'y réussirai quand même pas!». De tels monologues négativs sont pesants. Par la répétition permanente de ces pensées, vous vous attaquerez à une tâche désagréable sans entrain et d'une manière encore plus inconcentrée. Les pensées négatives restent gravées dans votre mémoire. Vous devriez, comme contre-réaction à de telles mauvaises pensées, vous donner trois courts impératifs intérieurs positifs:

  • «Je sais le faire!»
  • «Je veux le faire!»
  • «Je vais le faire!»

Vous verrez: même le travail le plus désagréable se fait ainsi bien plus facilement.

Cet article a été lu pour vous dans: Verlag für die Deutsche Wirtschaft AG

Add comment

Formulaire de recherche

Facebook

Recommandation de livre

Seit Jahrzenten erfolgreich: das Standardwerk zum Thema Selbstbewusstsein...
auteur: Fensterheim, Herbert / Jaer, Jean / Röthlingshöfer, Christian ISBN / EAN: 978-3-442-17368-6
0